agence webmarketing Paris

Ce qu’il faut savoir sur la mise à jour Core web vital

Si vous suivez l’actualité du numérique, vous avez sûrement déjà entendu parler “Core Web Vitals”. Il s’agit d’une mise à jour que Google devrait lancer en mai 2021 pour permettre à chaque propriétaire de site web d’optimiser l’expérience utilisation offert aux utilisateurs. Mais à quoi faut-il réellement s’attendre avec cette nouvelle fonctionnalité ?

Qu’est-ce que la mise à jour Core Web Vitals ?

Étant le premier moteur de recherche, Google suscite toujours l’intérêt des acteurs du digitale. Webmasters, développeur et responsable e-marketing et agence SEO s’intéressent aux outils utilisés par ce dernier pour évaluer les performances des sites web. Toutefois, même si de nombreux guides au sujet du référencement naturel sont disponibles sur internet, la mise en pratique reste complexe.

Google a donc pensé à développer le “Web Vitals” pour faciliter la tâche aux entreprises et autres passionnés du SEO. Ce module est basé uniquement sur les éléments qui impactent les performances d’un site, appelés “Core Web Vitals”. Ils constituent ainsi les paramètres essentiels qui doivent être contrôlés, évalués et optimisés si besoin. Ces “Web Vitals” tournent principalement autour de l’UX. L’interactivité du site web, la vitesse de chargement et la stabilité des contenus consultés par l’utilisateur sont donc mis en avant. Il s’agit d’aspects qui évoluent en fonction des innovations technologiques. Ce que le géant Américain n’a pas manqué de mentionner sur son blog. Les propriétaires de site souhaitant un bon classement sur le moteur de recherche devront donc s’aligner sur les améliorations apportées en termes d’UX au fil du temps.

Que faut-il savoir sur les mesures LCP, FID et CLS ?

Comme c’est indiqué dans le premier paragraphe, la mise à jour est centrée autour de 3 métriques (LCP, FID et CLS).

·         LCP (Largest Contentful Paint)

La vitesse de chargement d’une page faisait déjà partie des éléments mesurés par les robots de Google pour le classement. La différence du LCP est qu’il permet d’obtenir véritablement le temps d’affichage chez l’utilisateur. En effet, la vitesse de chargement peut être rapide sans que la page ne s’affiche correctement chez le destinataire final.

·         FID (First Input Delay)

Dans cette section, le moteur de recherche s’intéresse au ressentiment de l’utilisateur, à travers la qualité d’interactivité du site. Lorsque cette dernière clique sur un élément lui permettant d’interagir avec les pages (bouton, lien, image, etc.), Google essaie d’évaluer le temps entre l’action et la réponse.

·         CLS (Cumulate Layout Shift)

Il n’est jamais agréable de lire un article et de voir d’un coup le contenu bougé comme si vous avez appuyé sur la barre de défilement. Cela a donc un impact considérable sur l’expérience utilisateur. La métrique CLS servira donc à évaluer le niveau de stabilité de l’interface.

La prise en compte de l’ensemble de ces indicateurs par Google attire une fois de plus votre attention sur l’optimisation de l’UX. Pour répondre aux attentes des internautes, un site web doit être pratique et fonctionnel.

Quel sera l’impact du Core Web Vitals sur le SEO ?

L’algorithme de classement de Google est déjà défini par plusieurs aspects : la sécurité, le mobile-friendly et la sémantique. La nouvelle mise à jour prévoit d’intégrer le “Core Web Vitals” dans ces critères de classement. Ce qu’il faut retenir, c’est qu’il est primordial d’avoir un site web offrant un parcours utilisateur de qualité. Néanmoins, l’UX n’influera certainement pas ce classement de manière considérable. Au même titre que la sécurisation avec le protocole HTTPS ou la responsivité, ce critère viendra en complément à d’autres indicateurs plus déterminants en termes de référencement.

Il ne faut donc pas s’attendre à ce que les “Web Vitals” aient un poids majeur dans l’optimisation de votre SEO. La sémantique reste le pilier d’un bon contenu, même si le confort de lecture n’est pas à négliger. Ainsi, la mise à jour prévue prochainement permettra aux robots de pouvoir donner la priorité aux sites web proposant des contenus et une structure pertinente, en sus d’une bonne expérience utilisateur.